About FNIGC

À propos Le CGIPN

Foire aux questions

Q. Que représente le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations?

R. Le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations (CGIPN) est la source privilégiée d’information sur les Premières Nations qui vivent dans les réserves et collectivités nordiques au Canada. Organisation sans but lucratif spécialement mandatée par les Chefs en assemblée de l’Assemblée des Premières Nations (Résolution no 48, décembre 2009), le CGIPN est engagé envers l’amélioration de la santé et du bien-être des membres des Premières Nations vivant dans nos 634 communautés d’un bout à l’autre du pays.

En collaboration avec ses partenaires régionaux, le CGIPN mène dirige des initiatives de collecte de données uniques qui nous permettent d’assembler des portraits pertinents sur le plan culturel de la vie des membres des Premières Nations et des communautés dans lesquelles ils vivent. Le CGIPN reconnaît que l’information de qualité recueillie par les Premières Nations pour les Premières Nations a le pouvoir de changer des vies en influençant la prise de décision basée sur la connaissance et en inspirant des politiques et des programmes efficaces pour toutes les communautés des Premières Nations.

 

Q. Que fait le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations?

R. Le CGIPN est responsable d’un large éventail de travaux, allant de la recherche et de la planification à la certification et à la formation. Toutefois, notre responsabilité principale est l’élaboration et l’administration d’initiatives nationales d’enquête auprès des Premières Nations avec nos partenaires régionaux. Il s’agit actuellement de l’Enquête régionale sur la santé des Premières Nations (ERSPN, ou ERS) et de l’Enquête régionale sur la petite enfance, l’éducation et l’emploi des Premières Nations (EREEEPN, ou EREEE).

L’ERS est la seule enquête nationale sur la santé administrée par les Premières Nations au Canada. Créée en 1997, elle recueille de l’information sur la santé dans plus de 250 communautés des Premières Nations en se fondant sur la compréhension occidentale et traditionnelle de la santé et du bien-être.

L’EREEE recueille une vaste gamme de renseignements sur la petite enfance, l’éducation et l’emploi dans plus de 250 collectivités des Premières Nations. Elle permet une compréhension complète et sans précédent des possibilités et des défis auxquels font face les Premières Nations du Canada.

L’enquête pionnière du CGIPN a été examinée par l’Université de Harvard (en 2006) et l’Université Johns Hopkins (en 2012), qui ont conclu que notre méthodologie était « exceptionnelle », « excellente » et « de premier ordre ».

  

Q. À quand remonte la fondation du Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations?

R. Le CGIPN est devenu une entité indépendante et incorporée le 22 avril 2010. Son histoire remonte à près de deux décennies, soit jusqu’en 1996, lorsqu’un comité directeur national a été créé pour concevoir une nouvelle enquête nationale sur la santé des Premières Nations. Sa création symbolise la réponse à une décision du gouvernement fédéral d’exclure les membres des Premières Nations vivant dans les réserves de trois importantes enquêtes longitudinales sur la population.

Il en est résulté l’Enquête régionale longitudinale sur la santé des Premières Nations et des Inuits, un projet pilote de 1998 qui visait à aborder les questions de santé et de bien-être des Premières Nations et des Inuits, et qui reconnaissait la nécessité pour les Premières Nations et les Inuits de contrôler leurs propres renseignements sur la santé.

En 2002, la Phase 1 de l’Enquête régionale longitudinale sur la santé des Premières Nations a débuté, cette fois sous la forme d’une enquête exclusive aux Premières Nations. Dans cette version, plus de 22 600 questionnaires ont été recueillis dans 238 collectivités des Premières Nations et, pour la première fois, le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest ont été inclus. 

En 2008, on a commencé à recueillir des données pour la Phase 2 de l’Enquête régionale sur la santé des Premières Nations, qui a permis de recueillir près de 22 000 sondages dans 217 collectivités des Premières Nations.

 
Q. D’où provient le financement qu’utilise le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations?

R. Le CGIPN reçoit son financement dans le cadre d’ententes conclues avec Santé Canada, Affaires autochtones et du Nord Canada et Emploi et Développement social Canada. Le CGIPN administre ce financement en vertu d’un contrat avec nos partenaires régionaux qui effectuent cet important travail d’enquête en collaboration avec le CGIPN.  

Nos partenaires régionaux comprennent : Alberta First Nations Information Governance CentreFirst Nations Health and Social Secretariat of Manitoba (Nanaandawewigamig), Chiefs of Ontario, Union of New Brunswick Indians, la Nation Déné(Territoires du Nord-Ouest), Union of Nova Scotia Indians, Commission de la Santé et des Services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador, Federation of Sovereign Indigenous Nations, Council of Yukon First Nations et First Nations Health Authority (Colombie-Britannique).

 

 

Q. Pourquoi le mot « gouvernance » figure-t-il dans le nom de votre Centre?

R. Le terme « gouvernance » est utilisé pour refléter la longue histoire du processus de l’ERS. Le processus de l’ERS a changé la façon dont la recherche est actuellement menée dans les communautés des Premières Nations au Canada.  L’ERS porte sur l’autodétermination dans le domaine de la recherche et ce sont les Premières Nations elles-mêmes qui régiront la façon dont l’information est recueillie et utilisée par des personnes de l’extérieur.  Il s’agit de la gouvernance de l’information et de la gouvernance de la gestion de l’information.   Nous recueillons des données de qualité auprès de nos communautés des Premières Nations qui suivent les principes de PCAP, et ce sont nos dirigeants des Premières Nations qui utiliseront cette information pour mettre en évidence les réalités des communautés autochtones sur la base de données de qualité et pour faire pression en faveur de changements de politiques, etc. En termes simples, nous fournissons les données qui permettront à nos dirigeants d’apporter des changements dans nos communautés.

 

Q. Que sont les principes de PCAP?

R. Le CGIPN présente également les principes de PCAP des Premières Nations, un ensemble de principes qui guident la façon dont la recherche avec les peuples des Premières Nations devrait être menée et la façon dont cette information devrait être stockée.

PCAP signifie propriété, contrôle, accès et possession. Cela signifie que les Premières Nations contrôlent les processus de collecte de données dans leurs collectivités et qu’elles possèdent, protègent et contrôlent la façon dont leurs renseignements sont utilisés. L’accès aux données des Premières Nations est important et, en vertu des principes de PCAP, les Premières Nations déterminent comment et quand les chercheurs externes sont autorisés à accéder à leur information et à l’utiliser. Les principes de PCAP sont une expression importante de la compétence des Premières Nations en matière d’information.  

 
Q. Où se trouve le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations? 

R. Le CGIPN a deux bureaux. Son siège social est situé à Akwesasne, en Ontario. Son autre bureau est à Ottawa, en Ontario. Le CGIPN est également présent dans 10 provinces et deux territoires grâce à ses partenaires régionaux qui font partie intégrante de notre travail d’enquête. 

 

Siège social

341 Island Road, unité D
Akwesasne (Ontario) K6H 5R7
Tél. : 613-733-1916
Télécopieur : 613-936-8974
Sans frais : 1-866-997-6248

 

Bureau d’Ottawa

180, rue Elgin, bureau 1200
Ottawa (Ontario) K2P 2K3
Tél. : 613-733-1916
Télécopieur : 613-231-7072
Sans frais : 1-866-997-6248

Demandes de renseignements : info@fnigc.ca