Un nouveau rapport donne un aperçu sans précédent des tendances au fil du temps en matière de santé et de bien-être chez les collectivités des Premières Nations

Un nouveau rapport publié par le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations (CGIPN) fournit un aperçu sans précédent d’un large éventail de facteurs influant sur la santé et le bien-être des Premières Nations vivant dans les réserves et les collectivités nordiques du Canada. 

Le National Report of the First Nations Regional Health Survey Phase 3: Volume 1, publié aujourd’hui à Ottawa, est l’aboutissement de la troisième phase d’un processus d’enquête quinquennal historique mené par le CGIPN et ses partenaires régionaux partout au pays. Au nombre des principaux constats du Volume 1 de la Phase 3 de l’ERS, mentionnons :

    • Plus des trois quarts (75,3 %) des jeunes des Premières Nations ont déclaré s’être abstenus de consommer de l’alcool au cours de l’année précédente; une proportion significativement plus élevée que ce qu’indiquait la Phase 2 de l’ERS (2008-2010), qui motre que près des deux tiers (61,0 %) des jeunes se sont abstenus de consommer de l’alcool. 
    • Près des trois quarts (74,4 %) des adultes des Premières Nations ont déclaré être directement touchés, ou touchés de manière intergénérationelle par la présence de leurs parents ou de leurs grands-parents dans les pensionnats indiens. 
    • Seulement 1 jeune sur 10 (10,4 %) a déclaré fumer tous les jours et seulement 6,8 % ont déclaré fumer occasionnellement; cela représente une diminution significative par rapport à la Phase 2 de l’ERS (2008-2010) qui indiquait que 20,4 % des jeunes fumaient quotidiennement (une diminution de près de 50 %) et que 12,8 % étaient des fumeurs occasionnels. 
    • Une proportion considérablement plus élevée d’adultes des Premières Nations a déclaré avoir un niveau de scolarité plus élevé en 2015-2016; 14,8 % ont déclaré que leur plus haut niveau de scolarité était les études secondaires (comparativement à 9,8 % dans la deuxième phase de l’ERS) et 3,2 % ont déclaré avoir terminé des études supérieures (comparativement à 1,3 % dans la deuxième phase de l’ERS). Les niveaux d’études postsecondaires sont restés stables, à 45,6 %. 
    • La prévalence du diabète normalisée selon l’âge chez les adultes des Premières Nations était de 19,2 %, cela représente une tendance stable dans le temps comparativement à 20,7 % à la Phase 2 de l’ERS (2008-2010) et à 20,1 % à la Phase 1 (2002-2003). 
    • Le pourcentage d’adultes des Premières Nations ayant déclaré la présence de moisissure ou de mildiou dans leur maison était de 39,7 %, ce qui représente une diminution importante par rapport à 50,9 % à la phase 2 de l’ERS et à 44 % à la phase 1 de l’ERS (2002-2003).   Malgré cela, le taux actuel chez les Premières Nations demeure trois fois plus élevé que celui de la population générale (13 %). 
    • Plus des deux tiers (69,7 %) des adultes des Premières Nations faisaient partie de la main-d’œuvre active*; un nombre légèrement supérieur au taux d’activité de la population canadienne en général (65,7 %). Pourtant, ils connaissent encore des taux d’emploi inférieurs (47,1 %) et des taux de chômage plus élevés (61,1 %) que la population générale. (*Le taux de main-d’œuvre active est défini comme le pourcentage d’adultes ayant un emploi ou recherchant activement un emploi.) 

« Les résultats du premier volume de ce rapport phare mené par les Premières Nations révèlent certains des points forts, des défis et de la résilience de nos communautés des Premières Nations à travers le pays, tout en remettant en question beaucoup d’hypothèses et idées fausses communes », déclare Dr Jonathan Dewar, directeur général du CGIPN.

« J’espère que l’information contenue dans le rapport de la Phase 3 de l’ERS servira à éclairer la prise de décision à tous les paliers de gouvernement et contribuera à enrichir les connaissances sur la nature changeante de la vie dans les collectivités des Premières Nations aux yeux des chercheurs, des décideurs, des politiciens, des médias et du grand public. » 

L’Enquête régionale sur la santé des Premières Nations a été la première, et demeure la seule enquête nationale sur la santé dirigée et menée par des membres des Premières Nations pour les Premières Nations. Lancée en 1997, l’ERS est enracinée dans les conceptions traditionnelles et occidentales de la santé et du bien-être et recueille de l’information dans les réserves des Premières Nations et les collectivités du Nord du Canada.

La plus récente phase de l’ERS, la Phase 3, a lancé la collecte des données en avril 2015 et s’est terminée 18 mois plus tard, avec un total de 23 764 enquêtes effectuées dans 253 communautés des Premières Nations, soit 78 % de son objectif – un taux de réponse très réussi pour un sondage de cette ampleur et de cette complexité.

Les résultats de la Phase 3 de l’ERS sont présentés dans le National Report of the First Nations Regional Health Survey Phase 3: Volume 1, qui est publié aujourd’hui, en cette deuxième journée de la conférence « 20 ans de données sur les Premières Nations : En route vers la Phase 3 de l’ERS », qui se concentre sur la publication des données de l’ERS du CGIPN à l’hôtel Delta Ottawa City Centre au centre-ville d’Ottawa. De plus, plus de 80 graphiques et figures publiés dans le rapport sont maintenant disponibles sur le site Web du CGIPN, dans les Données du CGIPN en ligne, l’outil de données gratuit du CGIPN : http://fnigc.ca/dataonline/ 

Téléchargez un exemplaire du rapport de 170 pages ici : National Report of the First Nations Regional Health Survey Phase 3: Volume 1

 Le CGIPN est une corporation sans but lucratif spécialement mandatée par les Chefs en assemblée de l’Assemblée des Premières Nations (Résolution no 48, décembre 2009). Mené par les Premières Nations, le CGIPN est la source principale d’information sur les membres des Premières Nations vivant dans les réserves et dans les collectivités du Nord du Canada. 

Tags

rhs