Une nouvelle vidéo offre un aperçu unique du travail de collecte de données du CGIPN dans les communautés des Premières Nations

La plus récente vidéo réalisée par le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations (CGIPN) présente son approche novatrice de la collecte de données dans les communautés des Premières Nations ainsi que le rôle de ces données dans l’élaboration des programmes et la planification pour les membres des Premières Nations.

Le CGIPN : Données par les Premières Nations et pour les Premières Nations est une toute nouvelle vidéo de huit minutes (disponible en anglais et en français à FNIGC.ca) qui raconte une journée dans la vie de Jamie Lee Gehue, une travailleuse sur le terrain locale, pendant qu’elle administre des questionnaires dans sa communauté, la Première Nation de Sipekne'katik (Shubenacadie), en Nouvelle-Écosse.

Jamie Lee fait partie des centaines de membres des Premières Nations qui jouent un rôle déterminant en aidant le CGIPN et ses partenaires régionaux à mener à bien ses initiatives de collecte de données, dont l’Enquête régionale sur la petite enfance, l’éducation et l’emploi chez les Premières Nations (EREEEPN), l’Enquête régionale sur la santé des Premières Nations (ERSPN) et, bientôt, l’Enquête sur le travail et l’emploi chez les Premières Nations.

Depuis 1998, le CGIPN recueille des données dans les communautés des Premières Nations dans un esprit de respect pour la souveraineté des données, tel que l’illustrent les principes de PCAP® des Premières Nations.         

Cette approche respectueuse et individualisée de la collecte de données explique le succès du travail d’enquête qu’effectue le CGIPN dans les communautés des Premières Nations. C’est également ce qui a permis au CGIPN de se distinguer comme source privilégiée d’information sur les Premières Nations qui vivent dans les 634 réserves et collectivités nordiques au Canada.

La nouvelle vidéo comprend aussi des entrevues avec les partenaires régionaux du CGIPN, Mindy Denny et Gerald Gloade (de l’union des Indiens de la Nouvelle-Écosse), qui dirigent ses travaux d’enquête en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve, et Elizabeth Paul, directrice de la Santé dans la Première Nation de Millbrook, qui explique les nombreuses façons concrètes d’utiliser les données du CGIPN dans les communautés des Premières Nations.

« C’est vraiment très gratifiant de voir comment ils utilisent les données pour faire une différence », affirme M. Gloade.« Ça n’a rien à voir avec un rapport qu’on tablette; ça veut vraiment dire quelque chose. »

Depuis près de 20 ans, les données de l’ERSPN sont utilisées pour appuyer les politiques, la planification et les programmes cruciaux dans les communautés des Premières Nations, tels que l’Initiative sur le diabète chez les Autochtones, le Programme d’aide préscolaire aux Autochtones dans les réserves, et le Programme de soins à domicile et en milieu communautaire, pour n’en nommer que quelques uns.   

« Ce qui compte pour les gens, ce sont les résultats du travail que nous accomplissons », indique Mme Denny. « Si cela renforce leurs capacités ou nous permet de leur fournir de meilleurs services, de meilleurs programmes ou un meilleur accès, c’est ce qui compte. Et je crois que c’est exactement ce que nous faisons finalement. »

Société à but non lucratif spécialement mandatée par les Chefs en assemblée de l’Assemblée des Premières Nations (résolution no 48, décembre 2009), le CGIPN est engagé envers l’amélioration de la santé et du bien-être des membres des Premières Nations vivant dans les 634 communautés au Canada.

Le CGIPN : Données par les Premières Nations et pour les Premières Nations est disponible en anglais et en français à www.FNIGC.ca.

 

Tags