Un Coup d’Oeil - ERS

Population des Premières nations ...

• Un cinquième de la population des Premières Nations a 19 ans ou moins. Cette proportion est le double de celle des jeunes dans l’ensemble de la population du Canada.

• La proportion des personnes âgées (60 ans et plus) est beaucoup moindre dans les communautés des Premières Nations puisqu’elle ne fait que 3,3 % de la population autochtone alors que leur proportion est de 8,8 % pour l’ensemble de la population canadienne.

 

SITUATION DE FAMILLE ET STRUCTURE FAMILIALE

• Près d’un tiers des adultes des Premières Nations sont mariés tandis que 19 % vivent maritalement. Une fois combinées, ces deux catégories regroupent cinquante pour cent des adultes des Premières Nations.

• La proportion des hommes des Premières Nations célibataires (40,7 %) est plus grande que celle des femmes (33,5 %). En revanche, comparativement aux hommes, les femmes (11,6 %) sont plus susceptibles d’avoir déjà été mariées.

• La presque totalité des enfants des Premières Nations (95,6 %) vivent avec un de leurs parents ou les deux. De ce nombre, quarante pour cent sont élevés dans un foyer monoparental.

 

ÉDUCATION ET EMPLOI

• Plus de cinquante pour cent des adultes des Premières Nations n’ont pas terminé leurs études secondaires, contre 33,2 % pour la population canadienne.

• Seulement 27,4 % des adultes des Premières Nations possèdent un baccalauréat ou un autre diplôme, contre 40,1 % pour la population canadienne.

• 6,7 % des femmes des Premières Nations possèdent un diplôme universitaire, contre 3,7 % pour les hommes.

• Dans les communautés isolées, la proportion des adultes qui n’ont pas terminé leurs études secondaires (65,6 %) est plus élevée que dans les communautés non isolées (47,8 %).

 

Situation d’emploi des adultes des Premières Nations

• Plus de la moitié des adultes des Premières Nations ne détenaient pas d’emploi rémunéré. Des 48,8 % qui en détenaient un, la plupart (83 %) travaillaient à plein temps.

• Comparativement à ceux qui possèdent moins qu’une scolarité de niveau secondaire, les adultes des Premières Nations qui possédaient un diploma universitaire avaient presque deux fois plus de chance de posséder un emploi. Les adultes des Premières Nations qui possédaient un diplôme universitaire avaient en effet presque 50 % plus de chance de posséder un emploi que ceux qui n’avaient pas terminé leurs études secondaires.

• Le revenu des personnes des Premières Nations qui détenaient un diploma universitaire (36,725$) était trois fois plus élevé que celui des personnes qui n'avaient pas terminé leurs études secondaires (11,718$).

 

LANGUE ET TRADITION

• Environ la moitié des adultes des Premières Nations ont affirmé comprendre au moins une langue autochtone « relativement bien » ou « couramment ».

• Comparativement au groupe d’âges le plus élevé, une proportion moins importante de jeunes s’est révélée posséder la capacité de comprendre « relativement bien » ou « couramment » une langue autochtone.

• Un enfant des Premières Nations sur quatre s’est révélé pouvoir comprendre une langue autochtone « relativement bien » ou « couramment », comparativement à 70,5 % des aînés.

 

LOGEMENT

• 65,6 % des adultes des Premières Nations ont déclaré que leur ménage aurait relativement besoin de réparation.

• Un adulte des Premières Nations sur trois a déclaré que le ménage dont il faisait partie aurait grandement besoin de réparation.

• Les répondants qui se situent dans la tranche de revenu la plus faible ont plus de chances d’habiter un logement qui nécessite des reparations majeures que ceux qui se situent dans les tranches de revenu plus élevées.

 

ÉQUIPEMENTS MÉNAGERS DE BASE

• Plus de la moitié des ménages des Premières Nations ne possèdent pas d'ordinateur et 7 ménages sur 10 ne sont pas reliés à Internet. Dans les communautés éloignées ou isolées, plus des trois quarts des ménages (77,8 %) n'ont pas accès à un ordinateur et 84,5 % ne sont pas reliés à Internet.

• Presque un ménage de Premières Nations sur cinq (18,3 %) n'a pas le telephone à la maison, contre 3 % pour le reste du Canada. Dans les communautés de Premières Nations éloignées ou isolées, plus du tiers des ménages (34,4 %) n'ont pas le téléphone avec services.

• 3,5 % des ménages des Premières Nations ne possèdent ni eau froide courante, ni toilette à chasse d'eau.

 

MALADIES CHRONIQUES

• Comparativement à la population canadienne en général, les adultes des Premières Nations sont proportionnellement plus nombreux à souffrir d’arthrite ou de rhumatisme, d’hypertension, de diabète, d’asthme, de maladies cardiaques, de cataractes, de bronchite chronique ou de cancer.

• Un adulte des Premières Nations sur quatre souffre d’arthrite ou de rhumatisme.

• Un sur cinq souffre d’hypertension artérielle.

 

DIABÈTE

• La fréquence (prévalence) du diabète chez les adultes des Premières Nations était près de quatre fois supérieure à celle de la population canadienne en général. La prévalence du diabète chez les adultes des Premières Nations était de 19,7 %.

• Un adulte des Premières Nations sur trois entre les âges de 50 et 59 ans avait le diabète.

• Les femmes des Premières Nations de tous les groupes d’âges étaient plus enclines à souffrir du diabète que les hommes des Premières Nations de ces mêmes groupes d’âges.

• Le groupe des Premières Nations dans lequel le diabète était le plus répandu est celui des femmes du troisième âge (37,6 %).

• Les types de traitements contre le diabète utilisés par les adultes des Premières Nations étaient : les médicaments (68 %), le régime (65,5 %), l’exercice (52,9 %), l’insuline (16,7 %), les remèdes traditionnels (12,9 %) et les guérisseurs ou les rites de guérison traditionnels (6,0 %).

• Près de neuf adultes des Premières Nations sur dix se plaingnaient de conséquences négatives liées à leur état de diabétique, notamment des problems de la vision, des douleurs dans les jambes et les pieds, des infections ou autres problèmes des reins et des problèmes cardiaques.

 

INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) ET OBÉSITÉ

• Environ un adulte des Premières Nations sur quatre avait un poids santé (IMC acceptable).

• Les femmes adultes des Premières Nations étaient sujettes à l’obésité (34,3%) ou à l’obésité morbide (6,8 %) mais, dans une proportion de 40 %, les hommes des Premières Nations avaient un excès de poids.

• Plus de la moitié des jeunes des Premières Nations avaient un poids normal ou excessif (57,8 %). Vingt-huit pour cent de ces jeunes avaient un poids excessif et 14,1 % étaient obèses.

• La majorité des enfants des Premières Nations avaient un poids normal ou insuffisant (41,5 %). Vingt-deux pour cent avaient un poids excessif et trente-six pour cent étaient obèses.

 

BLESSURES

• Les jeunes des Premières Nations avaient la plus forte incidence de blessures puisque près de la moitié (49,5 %) d’entre eux auraient subi une blessure exigeant l’intervention d’un médecin.

• Les causes de blessures les plus fréquentes chez les jeunes des Premières Nations étaient : les chutes (20,7 %), les sports (20,1 %), les véhicules motorisés (11,9 %), les bicyclettes (10,8 %), les brûlures (7,6%) et aggressions (5,3 %).

• Les causes de blessures les plus fréquentes chez les enfants des Premières Nations étaient : les chutes (7,6 %), les bicyclettes (2,8 %), les sports (2,1%) et les véhicules motorisés (1,5 %).

• Principales causes de blessures parmi les adultes des Premières Nations : les chutes (10,7 %), les sports (6,2 %), les véhicules motorisés (5,4 %) et la violence conjugale (4,8 %).

 

SOINS DENTAIRES

• Plus de quarante pour cent (41,8 %) des adultes des Premières Nations n’avaient pas reçu de soins dentaires au cours des douze derniers mois.

• Les hommes des Premières Nations étaient moins susceptibles que les femmes d’avoir reçu des soins dentaires au cours des douze derniers mois.

• Les personnes des Premières Nations qui n’avaient pas terminé leurs etudes secondaires étaient moins susceptibles (45,5 %) que celles qui les avaient terminées (35,0%) d’avoir reçu des soins dentaires au cours des douze derniers mois.

• 5,5 % des adultes membres des Premières nations nécessitaient des soins dentaires urgents.

• Près d’un enfant des Premières Nations sur cinq n’avait jamais reçu de soins dentaires.

• Le problème de la carie du biberon était un problème qui touchait les communautés des Premières Nations dans une proportion de 11,9 % des nourrissons (moins de trois ans).

• Les types de soins dentaires dont les adultes des Premières Nations avaient le plus besoin étaient les suivants : entretien général (48,8 %), obturations / restaurations (36,9 %), prosthétique.

• Urgent besoin de soins dentaires (5,5 %).

 

TABAGISME ET USAGE DU TABAC

• Près de la moitié (46,0 %) de toutes les personnes des Premières Nations fumaient quotidiennement tandis que 12,8 % s’identifiaient comme fumeurs occasionnels. In comparison, 21.8% of the larger Canadian population are smokers (CCHS, 2005).

• Les jeunes adultes des Premières Nations du groupe d’âges des 18 à 29 ans comptaient la plus forte proportion (53,9 %) de fumeurs quotidiens. The rate is much higher than the Canadian proportion for the same age group (28% smokers in the 18-34 age group) (CCHS, 2005).

• Il existait beaucoup moins de fumeurs quotidiens parmi les personnes plus âgées (23,5 % pour les 60 ans et plus) que parmi les personnes plus jeunes.

• La prévalence du tabagisme était la plus élevée parmi les femmes des Premières Nations de tous les groupes d’âges, sauf les aînées.

• 36,6 % des enfants des Premières Nations avaient été exposés à une forme quelconque de tabagisme maternel.

• La proportion des fumeurs parmi les jeunes des Premières Nations s’accroissait avec l’âge.

 

CONSOMMATION DE DROGUES ET D’ALCOOL

• La consommation d’alcool était plus forte chez les jeunes adultes des Premières Nations et a atteint 82,9 % de buveurs au cours des douze derniers mois. La consommation d’alcool tendait à diminuer chez les personnes des groupes d’âges supérieurs.

• Plus du tiers (34,4 %) des adultes des Premières Nations n’avaient pas consommé d’alcool au cours des douze derniers mois alors que leur proportion était du cinquième (20,7 %) pour l’ensemble de la population canadienne.

• Les hommes des Premières Nations étaient deux fois (22,8 %) plus susceptible que les femmes (11,9 %) d’être des buveurs hebdomadaires.

• Un homme des Premières Nations sur cinq a affirmé consommer beaucoup (cinq consommations et plus) chaque semaine.

• Un jeune des Premières Nations sur trois aurait consommé du cannabis (marijuana, herbe) au cours des douze derniers mois. De même, le plus fort taux de consommation de cannabis chez les adultes des Premières Nations se trouvait dans les groupes d’âges les plus jeunes (18 à 39 ans), tandis que 29 % des hommes affirmaient en consommer quotidiennement.

• En général, 26,7 % des adultes des Premières Nations avaient consommé de la marijuana au cours des douze derniers mois, comparativement à 14,1% pour la population canadienne dans son ensemble.

 

ACCÈS AUX SOINS DE SANTÉ

• Un adulte des Premières Nations sur trois s’était plaint que les listes d’attente étaient trop longues.

• Un adulte des Premières Nations sur cinq avait dit avoir eu de la difficulté à accéder aux soins de santé parce qu’il avait besoin d’un traitement qui n’était pas couvert par le programme des services de santé non assures (PSSNA).

• Près d’un adulte des Premières Nations sur cinq (18,5 %) a rapporté qu’il n’y avait aucun médecin ni aucune infirmière disponible dans sa région.

• Les femmes étaient plus susceptibles que les hommes d’avoir des difficulties en ce qui concerne :

- la longueur des listes d’attente;

- l’absence d’un médecin ou d’une infirmière disponible dans leur région;

- l’obtention d’une approbation pour des services couverts par le PSSNA;

- l’organisation et le coût des transports;

- enfin, les coûts de garde des enfants.

 

PRESTATIONS DE SOINS DE SANTÉ NON ASSURÉS

• La moitié de tous les adultes des Premières Nations auraient éprouvé au moins une fois des difficultés pour avoir accès aux services couverts par le PSSNA au court des douze derniers mois.

• Les principaux problèmes en ce qui concerne l’accès aux services couverts par le PSSNA concernaient les médicaments, les soins dentaires et les soins de la vue.

• Les femmes étaient beaucoup plus susceptibles que les hommes d’éprouver des problèmes pour avoir accès à des services couverts par le PSSNA tels que les médicaments (20,1 %), les soins de la vue (19,4 %), les soins dentaires (19,1 %) et les transports ou le coût de ceux-ci (11,3 %).

 

INCAPACITÉS

• La prévalence des incapacités en fonction de l’âge chez les personnes des Premières Nations était de 31,3 % chez les femmes et de 25,7 % chez les hommes.

• Globalement, la proportion des personnes atteintes d’incapacité était 1,6 fois supérieure chez les adultes des Premières Nations que dans la population canadienne en général (ENSP1,1998-1999).

• À tous les âges, une proportion plus importante des gens vivaient en étant atteints d’une incapacité chez les adultes des Premières Nations que dans la population canadienne en général.

• Un adulte des Premières Nations sur trois aurait éprouvé de la difficulté à évaluer les soins de santé parce qu’un service n’était pas couvert par le PSSNA.

• Les adultes des Premières Nations atteints d’invalidités risquent deux fois plus que ceux qui n’en sont pas atteints d’avoir des problèmes liés aux coûts directs des services (22,4 %), aux coûts des transports  (23,1 %) ou à l’organisation des transports (23,3 %).

 

SANTÉ MENTALE

• La majorité des adultes des Premières Nations se seraient sentis dans un état d'équilibre physique (70,9 %), d'équilibre émotionnel (71,0 %), d'équilibre spirituel (69,0 %) et d'équilibre mental (75,0 %).

• Pour 30,1 % des adultes des Premières Nations, il leur serait arrivé d'éprouver de la tristesse, d'avoir le cafard ou de se sentir déprimés pendant deux semaines d'affilée ou plus.

• 37,9 % auraient été victimes de manifestations racistes au cours des douze derniers mois.

• La plupart des adultes des Premières Nations auraient recherché un soutien émotionnel ou mental auprès de leur famille immédiate (60,6 %) ou auprès d'un ami (60,0 %). Quinze pourcent auraient recherché un soutien émotionnel ou mental auprès d'un guérisseur traditionnel tandis que 23,5 % auraient trouvé tel soutien auprès de leur médecin de famille.

• Globalement, 30,9 % des adultes des Premières Nations auraient déjà eu des pensées suicidaires dans le courant de leur vie.

• Quinze pourcent auraient déjà tenté de se suicider et, parmi eux, la proportion des femmes (18,5 %) serait plus importante que celle des homes (13,1 %).

• Pour 27,2 % des jeunes des Premières Nations, il leur arrivait d'éprouver de la tristesse, d'avoir le cafard ou de se sentir déprimés pendant deux semaines d'affilée ou plus.

• 9,6 % des jeunes des Premières Nations auraient déjà tenté de se suicider.

• 21 % des jeunes des Premières Nations auraient eu des pensées suicidaires.

 

PENSIONNATS INDIENS

• Un adulte sur cinq ayant participé à l’enquête a séjourné dans un pensionnat indien (20,3 %). La durée moyenne du séjour a été d’environ cinq ans (4,8 années).

• Un tiers des jeunes a déclaré qu’un de leurs parents ou les deux ont séjourné dans un pensionnat indien (33,1 %).

 

SANTÉ SEXUELLE

• La majorité (90,4 %) des adultes des Premières Nations vivant maritalement seraient actifs sexuellement; cette proportion serait de 79,1 % chez les adultes mariés et de 70 % chez les adultes célibataires.

• Plus du tiers (34,2 %) des adultes des Premières Nations auraient subi un test de VIH durant leur vie.

• 28,4 % des jeunes des Premières Nations auraient été actifs sexuellement au moment de l’enquête et 30 % auraient eu des relations sexuelles dans les douze derniers mois.

• Une jeune femme des Premières Nations sur cinq qui aurait eu des relations sexuelles au cours des douze derniers mois aurait utilisé la pilule contraceptive; 10 % des jeunes des Premières Nations n’auraient utilize aucune forme de contraception

• deux tiers (66,6 %) des jeunes homes des Premières Nations qui auraient été actifs sexuellement auraient toujours utilisé un condom.

 

AÎNÉS (55 ANS ET PLUS)

• Les aînés des Premières Nations avaient plus de deux fois (41,0 %) plus de chances d’être dans un état de santé passable ou mauvais que les personnes des groupes d’âges plus jeunes (16,5 %).

• Quatre-vingt cinq pour cent des personnes aînées des Premières Nations auraient été atteintes d’une ou d’un plus grand nombre de maladies chroniques tandis que les deux tiers parmi eux auraient été atteintes de deux ou d’un plus grand nombre de maladies chroniques.

• Soixante-cinq pour cent des aînés des Premières Nations n’auraient pas terminé leurs etudes secondaires.

• Sept aînés des Premières Nations sur dix pourraient comprendre une langue autochtone et près de la même proportion pourraient en parler une.

 

DIFFÉRENCES FONDÉES SUR LE SEXE

• Les hommes ont plus tendance que les femmes à consommer de l’alcool au moins une fois par semaine (22,8 % contre 11,9 %), à prendre quotidiennement des repas-minute (10,7 % contre 5,1 %) et à consommer de la marijuana (33,8 % contre 19,4 %).

• En comparaison des femmes, les hommes présentent un indice d’activité physique plus élevé (26,7 % contre 15,2 %). Les hommes ont moins tendance à devenir obèses ou très obèses que les femmes (31,8 % contre 41,1 %).

• Les femmes adultes ont plus tendance à avoir accès à des services de santé et de soins dentaires que les hommes. Environ soixante pour cent des femmes ont subi un test de glycémie au cours des 12 derniers mois; les hommes sont 46,6 % dans ce cas. En comparaison des hommes, un pourcentage

plus élevé de femmes a effectué un examen de la vue, une mesure de la tension artérielle, un examen dentaire et/ou un bilan de santé.

• Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à signaler avoir de la difficulté à obtenir des soins de santé (60,4 % contre 51,6 %)

 

PETITE ENFANCE

• Parmi les Premières Nations, un enfant sur vingt a un poids insuffisant à la naissance (5,5 %); une proportion semblable à la moyenne canadienne qui est de 5,6 % (ELNEJ, 1999). Les nouveau-nés de faible poids de naissance ont plus tendance à avoir pour mère une fumeuse invétérée (plus de 20 cigarettes par jour).

• En comparaison des enfants canadiens, un grand nombre d’enfants des Premières Nations sont considérés comme des nouveau-nés ayant un poids élevé à la naissance (21,1 % contre 13,1 %)

• 62,5 % des enfants des Premières Nations sont allaités; on constate une augmentation par rapport aux résultats de l’ERS de 1997 (50 %). La moyenne canadienne est de 79,9 % (ELNEJ, 1999).

• En comparaison des enfants qui n’ont pas connu l’allaitement maternel, les enfants ayant été allaités sont souvent en excellente ou très bonne santé (73,1% contre 66,8 %). En outre, ils ont plus tendance à avoir un poids acceptable (33,3 % contre 26,6 %) et sont moins prédisposés aux bronchites chroniques ou aux infections auriculaires chroniques (10,8 % contre 14,4 %).