Salle de Presse

Qu’est-ce que le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations?

Le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations (CGIPN) est la première source d’information sur les Premières Nations qui vivent dans les réserves et les collectivités nordiques au Canada. Corporation sans but lucratif spécialement mandatée par les Chefs en assemblée de l’Assemblée des Premières Nations (Résolution no 48, décembre 2009), le CGIPN est engagé envers l’amélioration de la santé et du bien-être des membres des Premières Nations vivant dans nos 633 communautés d’un bout à l’autre du pays.

À cette fin, le CGIPN et ses partenaires régionaux à travers le Canada réalisent des collectes de données uniques sur la vie des Premières Nations. Le CGIPN reconnaît que l’élaboration de saines politiques peut apporter un réel changement, mais seulement à condition d’être soutenue par des données de qualité, des données collectées (et protégées) par les Premières Nations et pour les Premières Nations. 

Que fait le CGIPN?

Le CGIPN effectue différents types de travaux, notamment de la recherche, de la certification et de la formation, mais notre principale responsabilité consiste à réaliser deux enquêtes nationales avec nos partenaires régionaux : l’Enquête régionale sur la santé des Premières Nations (ERSPN) et l’Enquête régionale sur la petite enfance, l’éducation et l’emploi chez les Premières Nations (EREEEPN).

L’ERSPN (ou ERS en abrégé), mise sur pied en 1997, est la seule enquête nationale sur la santé dirigée par les Premières Nations au Canada. Elle permet de recueillir de l’information sur la santé des Premières Nations à partir des concepts occidentaux et traditionnels de la santé et du bien-être. Pour en apprendre davantage sur l’ERS, veuillez consulter la section ERS de notre site Web.

L’EREEEPN (ou EREEE en abrégé) est la nouvelle enquête du CGIPN qui a été lancée en novembre 2013 dans 250 communautés des Premières Nations. L’EREEE permettra de recueillir un vaste éventail d’information sur les enfants (0 à 11 ans), les adolescents (12 à 17 ans) et les adultes (18 ans et plus) des Premières Nations. Une fois terminée, elle offrira une compréhension approfondie des défis et des occasions auxquels font face les communautés des Premières Nations. Pour en apprendre davantage sur l’EREEE, veuillez consulter la section EREEE de notre site Web.

Le CGIPN reçoit du financement pour ces enquêtes par l’entremise d’accords avec Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, Santé Canada, et Emploi et Développement social Canada (anciennement Ressources humaines et Développement des compétences Canada).

Le travail d’enquête du CGIPN a subi une revue indépendante par l’Université de Harvard (2006) et l’Université Johns Hopkins (2012), qui a conclu que notre méthodologie était « exceptionnelle », « excellente », « superbe », et « de premier ordre ». Harvard a conclu :

« En comparaison avec d’autres enquêtes nationales effectuées auprès de peuples indigènes ailleurs dans le monde, l’ERS 2002-2003 est unique du fait de l’appropriation du processus de recherche par les Premières Nations, l’intégration explicite des valeurs des Premières Nations dans la conception de la recherche et l’intense collaboration des Premières Nations et de leurs représentants à chaque stade du processus de recherche. »

Le CGIPN est également le site des principes de PCAPMD, un ensemble de principes conçus par les Premières Nations qui guident la façon de mener des recherches sur les Premières Nations et la façon de stocker l’information une fois collectée. Les principes de PCAPMD (pour propriété, contrôle, accès et possession) signifient que les Premières Nations contrôlent les processus de collecte de données dans leurs communautés, et que les Premières Nations ont la propriété de leur information, la protègent, et contrôlent la façon dont elle est utilisée. L’accès aux données des Premières Nations est important et, en vertu des principes de PCAPMD, ce sont les Premières Nations qui déterminent comment et quand les chercheurs et les universitaires externes ont accès à leur information et l’utilisent.

Le droit des communautés des Premières Nations d’avoir la propriété de l’information sur leurs peuples, de la contrôler, d’y accéder et de la posséder est lié de près à l’autodétermination et à la préservation et au développement de leur culture. Les principes de PCAPMD permettent à une communauté de prendre des décisions relatives à pourquoi, comment et par qui l’information est collectée, utilisée ou partagée. Pour en lire davantage au sujet des principes de PCAPMD des Premières Nations, veuillez consulter la section sur les principes de PCAPMD de notre site Web.

Quand le CGIPN a-t-il été créé?

Le CGIPN a été constitué en corporation le 22 avril 2010. Mais l’histoire du CGIPN remonte à 1996, au moment où un comité directeur national a été mis sur pied par l’Assemblée des Premières Nations dans le but d’élaborer une nouvelle enquête nationale sur la santé des Premières Nations en réaction à la décision du gouvernement fédéral en 1994 d’exclure les Premières Nations vivant dans les réserves de trois grandes enquêtes longitudinales.

Le résultat de cet effort fut l’Enquête régionale longitudinale sur la santé des Premières Nations, un projet pilote qui s’est déroulé en 1997 et qui a permis d’administrer plus de 14 000 questionnaires dans 181 communautés des Premières Nations et cinq communautés Inuit. L’enquête pilote visait à aborder les enjeux de santé et de bien-être des Premières Nations et des Inuit, et faisait valoir la nécessité pour les Premières Nations et les Inuit de contrôler leur propre information en matière de santé.

En 2002, la Phase 1 de l’Enquête régionale longitudinale sur la santé des Premières Nations a commencé, mais cette fois comme enquête des Premières Nations uniquement (les Inuit ayant décidé de réaliser leur propre enquête), avec l’ajout des territoires du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest au processus. Plus de 22 600 questionnaires – représentant 80 pour cent de l’échantillon cible – furent alors administrés dans 238 communautés des Premières Nations pour la Phase 1 de l’ERS. 

La collecte de données pour la Phase 2 de l’Enquête régionale longitudinale sur la santé des Premières Nations a commencé en 2008, et a réussi à atteindre 73 pour cent de son échantillon cible, avec 21 757 questionnaires administrés dans 217 communautés des Premières Nations.

En juin 2011, le CGIPN a reçu un mandat des Chefs en assemblée de l’Assemblée des Premières Nations (Résolution no 19, 2011) pour réaliser une nouvelle enquête, l’EREEE. La collecte de données pour l’EREEE a commencé en novembre 2013 dans 250 réserves et collectivités nordiques d’un bout à l’autre du Canada grâce aux partenaires régionaux et agents de terrains régionaux formés du CGIPN.

Tout comme la durable et fructueuse ERS du CGIPN, l’EREEE recueillera de l’information de qualité sur les communautés des Premières Nations en utilisant les principes de PCAPMD afin de soutenir la prise de décision dans les communautés, les gouvernements et les organisations des Premières Nations. De plus, cela contribuera à influencer les politiques gouvernementales qui peuvent améliorer les vies des hommes, des femmes et des enfants des Premières Nations.

Pour en apprendre davantage sur le processus de l’EREEE, suivez notre progrès sur notre blogue L’EREEE : sur le terrain

Où le CGIPN est-il situé?

Le CGIPN a deux bureaux : son bureau principal à Akwesasne, en Ontario, et un bureau à Ottawa, en Ontario. Le CGIPN travaille en collaboration avec 10 partenaires régionaux, qui sont indispensables à la réalisation de son travail d’enquête.

Pour une liste complète du personnel, consultez la section Contact de notre site Web.

Pour de l’information sur les emplois offerts, consultez la section Carrières au CGIPN.      

Pour plus d’information sur le CGIPN, consultez notre section FAQ.